Jusqu’au dévoilement du budget du gouvernement du Québec le 22 mars prochain, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec vous propose une série de textes qui vont au cœur des axes d’intervention privilégiés par l’industrie et qui visent à assurer une relance prospère et durable du secteur.

 

Qu’entendons-nous par relance prospère et durable?

Dans le contexte actuel, durable indique d’abord que les moyens et les mesures qui seront adoptés dans le cadre de la relance doivent favoriser une véritable reprise à partir de maintenant.

L’objectif prioritaire pour les entreprises touristiques, peu importe leur secteur d’appartenance, est de sortir de ce cercle d’ouverture et fermeture dans lequel elles sont plongées depuis 2 ans.

L’expérience acquise dans la gestion pandémique doit permettre d’anticiper la suite pour à la fois simplifier la vie des voyageurs et celle des entrepreneurs. 

Le mot durable fait ensuite référence à cette volonté d’accorder le développement et l’offre touristiques avec les principes du développement durable.

C’est une vision que nous devons porter pour mieux positionner le Québec dans l’avenir face à la concurrence. 

 

Axe 2 : Faire face à la réalité de la main-d’œuvre

La richesse humaine est au cœur de l’expérience touristique du Québec qui bénéficie d’une réputation de destination accueillante, et cela représente un avantage distinctif sur la concurrence.

Le tourisme au Québec, c’est plus de 400 000 emplois répartis dans près de 25 000 entreprises. La main-d’œuvre représente un élément central pour le dynamisme et la santé économique des villes et régions sur tout le territoire.

La pénurie de main-d’œuvre a toutefois été exacerbée par la pandémie. Elle continue de frapper les entreprises du tourisme en les obligeant, par exemple, de réduire leurs périodes d’ouverture (heures et jours) et leur capacité d’accueil et d’hébergement. Elle exerce également une pression importante sur les équipes ainsi que sur les gestionnaires.

Selon une étude de la Chaire de tourisme Transat, « 75 % des touristes ayant vécu des irritants en lien avec la pénurie de main-d’œuvre jugent que le manque de personnel a affecté leur expérience touristique ».

Alors que cette situation a le potentiel de freiner la relance dans lequel le Québec s’engage actuellement et, ultimement, de freiner la génération de revenus si importants dans le contexte, s’adapter à cette réalité avec des ajustements opérationnels ou technologiques n’est pas une mince tâche pour les entreprises qui doivent faire preuve de créativité. À moyen et long terme, c’est la position concurrentielle du Québec que nous devons préserver en s’unissant pour mettre en œuvre un éventail de solutions.

 

Des pistes de solutions concrètes

Afin d’accroître à court terme l’accès aux bassins de main-d’œuvre disponible, l’Alliance et ses partenaires recommandent notamment de :

  • Poursuivre la réalisation du plan de valorisation des emplois en tourisme fédérant tous les secteurs, les régions et les partenaires pour envoyer des messages positifs à l’égard des emplois et des carrières en tourisme.
  • Favoriser l’aide au recrutement de travailleurs.euses étrangers.ères temporaires et faciliter le déplacement et l’établissement de ceux-ci dans les régions du Québec.
  • Soutenir les initiatives innovantes dont notamment la mise en place de jumelage saisonnier des entreprises et des employé.e.s.
  • Soutenir les programmes qui facilitent le déplacement des travailleurs.euses en tourisme dans les régions du Québec (aide au déménagement et au logement).
  • Accompagner les entreprises dans le développement de leur marque employeur.
  • Promouvoir les possibilités et la flexibilité des emplois en tourisme auprès des travailleurs.euses expérimenté.e.s.

Il apparaît également fondamental d’accompagner la relève étudiante et finissante en tourisme qui joindra prochainement les rangs de nos équipiers.ières et de mettre en valeur les programmes de formation offerts qui contribuent à professionnaliser notre secteur.

L’enjeu numéro 1 des entreprises est de faire face à la réalité de la main-d’œuvre. En les soutenant, c’est contribuer directement à maintenir le Québec comme une destination dynamique, innovante et accueillante de calibre mondial.

Tous les acteurs du tourisme, qu’ils soient privés, associatifs ou gouvernementaux, ont d’ailleurs la responsabilité d’entretenir la confiance des travailleurs.euses envers notre secteur. La relance présente de nombreuses opportunités à saisir.

Lire le document des recommandations complet.

 

L’Alliance de l’industrie touristique (Alliance) est une organisation privée sans but lucratif qui fédère plus de 10 000 entreprises réunies au sein de 45 partenaires associatifs et régionaux, sectoriels et affiliés. Depuis 2016, elle est le porte-voix de l’ensemble de l’industrie touristique québécoise.